Développement moteur d’OZERETSKI

Le test du ‘développement moteur’ d’Ozéretski

Auteur : Ozeretski

Producteur : Ets d’Applications Psychotechniques (EAP)

Création et diffusion : 1936 – 2014 — Sigle : OZ — tu (Y)

Domaine psychologique évalué : motricité

Bibliographie

Foyer Central d’Hygiène : 1935- Etude de tests psychomoteurs sur enfants d’âge scolaire- E. Guilmain

Foyer Central d’Hygiène : 1948– Tests moteurs et tests psychomoteurs – E. Guilmain

Editions EAP : 1978 – L’activité psychomotrice de l’enfant ; tests moteur et psychomoteur-E. Guilmain

L’Harmattan : 2008 – Un siècle de psychologie et de psychotechnique (page 92)-R.Simonnet, D.Guyot

 

Descriptif

L’échelle métrique d’Ozeretski a été traduite en français en 1936.

La structure bipolaire, qui distingue l’examen psychomoteur et l’examen moteur regroupant, pour le premier des phénomènes psychologiques cognitifs et pour le second des phénomènes moteurs, est dû aux chercheurs du Laboratoire de Psychologie de l’Hôpital Henri Roussel (Paris).

ozeretski

Le développement de la motricité chez l’enfant et chez l’adolescent à fait l’objet de nombreuses études, plus particulièrement par E. Guilmain (1901-1983)

L’échelle métrique d’Ozeretski, se compose de 60 tests. Cette batterie de tests constitue, certainement, l’un des outils le mieux adapté pour une appréciation générale du développement moteur et psychomoteur de l’enfant ou l’adolescent.

Cette échelle a fait l’objet, en 1943, au Laboratoire de Psychologie de l’Hôpital Henri Roussel, d’une étude importante réalisée par R. Zazzo et D. Guyot.

Cette recherche est à l’origine, entre autre, d’une feuille de notation qui laisse apparaître le développement global de la motricité pour obtenir un ‘niveau moteur’ auquel s’ajoute une analyse des composantes de cette motricité et permet de tracer un ‘profil moteur’ qui met en évidence les déficiences particulière à chaque cas de troubles, répertoriés dans les domaines suivants : La coordination statique, la coordination dynamique des mains, la rapidité des mouvements, les mouvements simultanés, la présence ou l’absence de syncinésies, permettant de calculer finalement un ‘QUOTIENT MOTEUR’ (QM)

René Zazzo, qui utilisait parallèlement à son QUOTIENT MOTEUR (QM) (échelle d’Ozeretski) le QUOTIENT INTELLECTUEL (QI) de son échelle d’évaluation de l’intelligence ‘NEMI’, pouvait lors de l’analyse des résultats de l’examen comparer les deux quotients et ajuster son pronostic.

Fiche rédigée par Robert SIMONNET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *