Test « la Tour » de ROYER

Le test de ‘ La Tour’ (Habileté manuelle) de Royer

Auteur : J. Royer

Producteur : Ets d’Applications Psychotechniques (EAP)

Création et diffusion : 1967 – 2014 – Sigle : TOUR – tu (Y)

Domaine psychologique évalué : Motricité

Bibliographie

Bulletin d’information EAP : 1986 – Test d’habileté manuelle : ‘La TOUR’ – J. Royer

L’Harmattan : 2008 – Un siècle de psychologie et de psychotechnique (page 172) R. Simonnet, D. Guyot

Descriptif

La tour

Une étude approfondie des caractéristiques de la motricité manuelle (latéralité et adresse) est utile dans les cas suivants :

  • Détermination de la ‘bonne main’ pour l’écriture et connaissance  de leur sens naturel de travail chez les enfants gauchers, ambimanes ou dyslexiques.
  • Détection et évaluation des troubles divers de la motricité manuelle chez les enfants normaux, débiles ou handicapés moteur, et détermination d’une rééducation appropriée.
  • Appréciation, par retest, des effets sur la motricité manuelle dune rééducation motrice ou médicamenteuse.
  • Connaissance des qualités motrices manuelles des adolescents et des adultes en vue d’une orientation professionnelle vers des métiers à composante de travail manuel.

C’est à ces diverses études qu’est destiné ‘le Test de la Tour’.

Le test (passation 15 mn) et constitué d’une petite tour à trois plateaux superposés, garnis de dix pointes séparées par une ligne transversale.

Le sujet est invité à garnir successivement les trois plateaux avec des billes et des demi-billes (les dimensions diminuent du 1er au 3ième plateaux), en se servant, pour chaque plateau, alternativement de la main droite et de la main gauche, ce qui permet d’apprécier l’habileté ‘brutes’ (mécanique) de sa main droite et de sa main gauche. Puis il doit ranger les éléments à leurs places dans les boites, cette fois en se servant des deux mains à la fois et par la méthode de son choix, ce qui permet d’apprécier la part d’organisation, d’intelligence qu’il peut apporter à son travail manuel.

La tâche (garnissage et rangement) est reprise une deuxième fois afin d’apprécier les capacités de progrès ou du degré de fatigabilité motrice du sujet..

Les diverses parties du travail sont chronométrées. Elles permettent d’obtenir :

– Une note de rendement du geste manuel ‘mécanique’

– Un quotient de latéralité du geste

– Une appréciation de la finesse du geste de chaque main

– Un note de rendement du geste organisé

– Une appréciation possibilités de progrès ou de fatigabilité gestuelle

– Une note de sureté de la préhension

– Une note d’exactitude de la tâche à accomplir

– L’observation de la stabilité : tendance dextrogyre (sens de l’écriture)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *