SINUSOIDE de R. BONNARDEL

Historique du test ‘Sinusoïde’

 Auteur : R. Bonnardel

Producteur : Ets d’Applications Psychotechniques (EAP)

Création et diffusion: 1947 – 2014 – Sigle SNB – tu (Z)

Domaine psychologique évalué : Psychomoteur – stabilité du geste (catégorie B)

Bibliographie

Travail Humain : 1950 – Une nouvelle épreuve de précision des mouvements des mains : R. Bonnardel

Travail Humain : 1957 – Analyse factorielle d’une batterie de test manipulatf. R. Bonnardel

Bulletin de Psychologie : 1971 – L’insertion professionnelle des débiles mentaux. PH. Husson – M. Verdalle

Travail Humain. 1970 – Essai de validation d’une batterie de sécurité. J.C. Wittersheim – J. Schlegel

PUF. La psychologie industrielle. Tiffin – McCormick

EAP : Prévention et réduction des accidents par les méthodes psychologique. R Bonnardel – R. Simonnet

Descriptif

C’est pour résoudre les problèmes d’affectation du personnel dans la plus grande entreprise d’automobiles que R. Bonnardel, face aux nombreux accidents du travail, par des techniques personnelles, mit progressivement au point les tests qui portent son nom.


sinusoïde1 1948   (EAP)

Le test comporte deux ergots métalliques cheminant dans une gorge sinueuse d’une plaque métallique. Les deux ergots sont fixés sur un disque de matière isolante. La tâche du sujet consiste à faire progresser les deux ergots d’un bout à l’autre de la gorge en déplaçant le disque à l’aide des deux mains. Cette épreuve est passée en position assise.

Il est recommandé au sujet de ‘prendre tout son temps’. Le temps de la passation, le nombre et la durée des erreurs sont enregistrés, mais dans certains cas seul la durée est prise en compte.

 

sinusoïde2

1971   (EAP)

Les résultats au test ‘sinusoïde’ donne une évaluation, statistiquement valide, quant aux tremblements des mains du sujet.

Dans cette épreuve de précision des mouvements manuels passée en temps libre, le sujet est confronté au conflit « rapidité-précision », il règle lui-même sa vitesse en disposant de l’information en retour que constitue sa réussite ou ses erreurs.

Si le test ‘sinusoïde’ n’a subit aucune modification de présentation dans le temps, il a fait l’objet d’une association avec le test ‘oméga’ afin de satisfaire à une facilité d’utilisation pour obtenir la NOTE P (précision).

La note P est établie à partir des notes partielles obtenues aux tests ‘sinusoïde’, ‘oméga’, ‘double labyrinthe’. Pour plus de facilités le test ‘sinusoïde’ a été incorporé au test ‘oméga’ avec les compteurs d’enregistrement des erreurs.

Article rédigé par Robert SIMONNET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *