Orthokinésimètre de BIZE


Le test ’Orthokinésimètre’ de Bize

Auteur : R. Bize

Producteur : Ets d’Applications Psychotechniques (EAP)

Création et diffusion : 1959 – 2014 — Sigle : OKZ – tu (Z)

Domaine psychologique évalué : motricité.

Bibliographie

L’information dentaire : 1956 – 1957 – R. Bize

Anales de Vaucresson  n°2 : 1964- R. Bize

L’Harmattan: 2008 – Un siècle de psychologie et de psychotechnique (page 171)- R.Simonnet, D.Guyot

 

Descriptif

Le test ‘orthokinésimètre’ (étymologie : mesure-mouvement-correct) est essentiellement un test de motricité. Il est la réalisation instrumentale de l’épreuve clinique d’exploration neurologique dite « doigt sur le nez ». Cette épreuve est destinée à rechercher l’absence de ‘dysmétrie’ symptomatique d’altération cérébelleuse, elle est aussi indicative du fonctionnement neurologique général.

Faisant intervenir au minimum l’intelligence, ne comportant guère d’activités combinatoires, à priori peu influencé par l’éducation, ce test permet de faire la part des facteurs neurologiques, aussi bien en matière d’habileté que de malhabileté manuelle et de certaines dispositions tempéramentales (attitude à l’égard de la vitesse et de la précision).

L’appareil se compose d’une plaque sur laquelle se trouvent des plages que le sujet doit toucher avec un stylet. Chaque plage est constituée de trois aires concentriques, l’une centrale, la deuxième intermédiaire, la troisième extérieure. L’épreuve est réussie lorsque l’aire centrale est atteinte, moyennement réussie pour l’aire intermédiaire, et dénote un manque de réussite lorsque l’aire extérieure est touchée. Chaque aire de chaque plage est reliée à un compteur, de telle sorte que toutes les aires centrales sont reliées à un premier compteur, les aires intermédiaires à un deuxième compteur et les aires extérieures à un troisième compteur. La comparaison des nombres enregistrés sur chaque compteur renseigne sur ‘l’adresse’ du candidat, c’est-à-dire sur son degré de précision de son geste.

ortho81959

Le test, utilise une plaque en matière isolante qui reçoit les quatre plages en cuivre permettant le maximum de sensibilité au moment où elles sont touchées.

ortho91965

La présentation est changée, les compteurs enregistreurs, sont placés sur un plan incliné, afin d’obtenir une lecture beaucoup plus facile. Contrairement à la présentation réalisée sur cette photo, la plaque qui compose le test et qui supporte les 4 plages métalliques est toujours placée a une distance éloignée du boitier des compteurs, afin de toujours respecter les conditions strictes de l’examen.

ortho101973

L ‘Orthokinésimètre’ sur lequel sont ajoutés les tests de ‘ trémométrie’ et de ‘tapping’ devient une batterie de 6 tests.

 

Sur la plaque en matière isolante du test Orthokinésimètre sera ajouté à cette époque :

ortho111 – le test de ‘tapping’ de Piéron : épreuve de vitesse motrice simple, où le sujet doit, en un temps imposé, effectuer le plus de touches possibles, avec un stylet, sur la plaque métallique située entre les plages du test ‘Orthokinésimètre’. Chaque touche est enregistrée par un compteur. Le test permet d’apprécier le tempo personnel et la vitesse de frappe du sujet.

2 – le test de ‘pointillage’ de Lahy : complémentaire du test de ‘tapping’ le test de ‘pointillage’ donne une indication sur la précision du geste tout en mesurant sa rapidité. Utilisé lors de travaux simples et monotones, cette épreuve a permis de déceler l’inaptitude aux travaux répétitifs où la rapidité était indispensable.

ortho123 – le test du trémomètre à trous’ de Piéron :  ce test est utilisé pour déceler la sûreté du geste ambidextre à partir d’une épreuve statique où le geste est figé. Il se compose d’une série de 12 trous de diamètre décroissant. L’expérience consiste à pointer les trous à l’aide d’un stylet sans toucher les bords pendant un temps bien déterminé. Les erreurs sont enregistrées par un compteur.

4 – le test du ‘trémomètre dynamique’ de Piéron : Dans un contexte complètement différent du ‘trémomètre à trous’, le ‘trémomètre dynamique’ examine les capacités du sujet à déplacer un stylet en suivant le chemin sinueux d’une rainure sans en toucher les bords. Il doit parcourir la totalité du tracé en un minimum de temps. Chaque contact est enregistré par un compteur.

5 – Le test ‘trémomètre en V’ de Piéron : réalisé pour étudier la maitrise gestuelle. L’épreuve consiste pour le sujet à faire pénétrer ou à maintenir un stylet entre les deux branches d’un ‘V’ métallique gradué, le plus loin possible en évitant tout contact avec les branches. Ce test permet de détecter les tremblements de la main.

6 – Le test ‘Orthokinésimètre’ de Bize : a fait l’objet, à son origine, d’une recherche concernant l’évaluation, lors du recrutement des élèves entrant en formation dentaire, des capacités de ceux-ci quant à leurs possibilités de précision du geste, indispensables à leur profession. Seul, capable de mettre en situation d’une façon précise, grâce au choix des 3 aires concentriques, l’habileté pour réussir un mouvement ajusté (appelé très souvent ‘l’adresse’), ce test a donné toute satisfaction en ce qui concerne le pronostic de réussite dans cette formation.

Rédacteur de la fiche : Robert SIMONNET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *